Château Cos d'Estournel

Saint-Estèphe France 2008
Wilmotte & Associés - Château Cos d'Estournel

Fiche technique

Prix de l’Homme de l’année 2011 décerné à Jean-Michel Wilmotte par la Revue du Vin de France

 

Maîtrise d’ouvrage : Groupe Domaines Reybier

Architecte : Wilmotte & Associés SA
Architecte en Chef de Monuments Historiques : Alain-Charles Perrot
Architecte d’intérieur pour les salles de réception : Jacques Garcia

Architecte d'opération : Atelier d'Architecture BPM
BET MOE : Ingerop, Alto
BET process vinicole : Jean-Louis Bouillet
Economiste : Watts conseil


Surface : 5 300 m² shon

Description

Programme
Rénovation et extension des chais du Château Cos d’Estournel.

Présentation du projet
Le Médoc abrite quelques uns des plus grands vins du monde. Pour l’appellation Saint-Estèphe, Cos d’Estournel, Grand Cru Classé, est le plus célèbre. Non seulement le vin s’inscrit parmi les meilleurs, mais l’architecture du chai (que l’on doit à Louis-Joseph Gaspard d’Estournel), dont les fameux toits en pagode lui valent le surnom de Maharadga de Saint-Estèphe, est connue au-delà des frontières.
À la demande du propriétaire actuel Michel Reybier et de son directeur Jean-Guillaume Prats, Jean-Michel Wilmotte signe là une de ses plus belles réussites en matière de greffe architecturale : adossés à cette folie orientale, chais et cuviers ont été refaits dans les gabarits des anciens bâtiments d’exploitation, avec la collaboration de l’ACMH, Alain-Charles Perrot. De nouvelles fondations ont été réalisées jusqu’à 17 mètres de profondeur de manière à intégrer deux niveaux de 2 400 mètres carrés chacun. De l’extérieur, la discrétion prévaut. Rien n’indique que l’on est en présence d’un outil de travail ultra-pointu sur le plan oenologique. Ce nouveau chai intègre la technique de vinification par gravité. Il s’agit de supprimer le système de pompe, pour préserver au raisin et au vin, son arôme et sa fraîcheur. Cette prouesse est très rare pour un vignoble de cette taille (90 ha). Au dessus des cuves tronconiques en inox (72 au total d’une contenance de 25 à 115 hectolitres), on se déplace sur des passerelles en dalles de verre rétro-éclairées qui permettent d’admirer la charpente de bois, de verre et d’acier soutenue par des haubans. Ce sont les trois seuls matériaux utilisés dans le chai. Le métal rappelle les cuves, le bois répond au fût et le verre accentue la légèreté. Plus bas, les barriques sont soulignées par une lumière provenant de colonnes de verre et inox. La chromie des matériaux confère élégance et mystère au lieu. Défis techniques et architecturaux ont fait de ce chai un décor de théâtre et ont permis à l’architecte de recevoir le Prix de l’Homme de l’année décerné par la Revue du Vin de France en 2011.

Galeries d'images